06 juillet 2011

Acide sulfurique - Amélie Nothomb

Acide_sulfurique

Présentation

Vint le moment où la souffrance des autres ne leur suffit plus : il leur en fallut le spectacle.

Mon avis     Cote_5

Je souhaite vous présenter ce livre parce qu'il m'a initiée à la dystopie, genre que j'affectionne particulièrement aujourd'hui. Je l'ai lu il y a trois ans et c'était en effet la première dystopie que j'avais lue et qui m'a bouleversée. Avant de commencer, je tiens à souligner la beauté de la couverture du roman qui est sublime selon moi.

L'héroïne de ce roman est Pannonique, une fille qui a été déportée de force dans un camp de concentration. Celui-ci, en plus d'être un lieu de souffrance, est également diffusé à la télévision en tant qu'émission de télé-réalité intitulée "Concentration". La dénonciation principale est claire dès la première phrase du roman, qui est celle que vous retrouvez au-dessus dans "Présentation". Le but de l'écrivaine n'était pas de dénoncer les crimes du second conflit mondial, malgré les références nombreuses : hormi le nom de l'émission, on y parle de "kapo" par exemple. Par contre, le roman est réellement truffé de phrases explicites dénonçant la population. Ce peuple qui regarde la télévision et qui, plus c'est atroce, plus il est fasciné et continue à regarder sans bouger. Pire encore, il a la possibilité de voter pour ceux qui seront exécutés. Et c'est là que se trouve toute la morale de cette fable : ce ne sont pas les ignobles kapos qui torturent des innoncents qui sont les plus coupables, mais les téléspectateurs. A part les victimes rabaissées au stade de bête sauvage sans sentiments et sans identité, ce sont ceux qui regardent cela qui sont les plus déshumanisés dans ce roman.

Je pense que cette déshumanisation est présente dans notre société et j'ai déjà été indignée par certaines émissions télévisées bouleversantes. En commençant par se nourrir de bestioles vivantes pour gagner une voiture, jusqu'au projet de diffuser des suicides en direct ! Si notre société continuer sur ce chemin, nous en arriverons peut-être à vivre quelque chose de similaire à ce roman. C'est tout comme. Bref, c'est essentiellement ce coté du roman qui m'a séduite. J'ai toujours adoré les dénonciateurs ^^

Ensuite, concernant les personnages, nous avons Pannonique, alias CKZ-114, femme forte et ingénue, qui mérite son statut d'héroïne car elle ne profite pas de ses petits privilèges sans penser aux autres. En effet, bien que Zdena, la kapo de CKZ-114 qui tombe sous son charme, lui offre du chocolat et la frappe avec un fouet "moins douloureux", Pannonique refuse ses avances et ses cadeaux, si ce n'est pour les partager avec le groupe. De plus, c'est elle qui va se rebeller pour essayer de résister au système, ce qui est généralement l'objectif de tout héros. De l'autre côté, Zdena est ignoble : comment peut-on penser qu'elle soit capable d'aimer ? Je n'ai rien ressenti par rapport à ce "monstre", si ce n'est de la pitié.

EPJ-327 n'est par contre peut-être pas assez développé à mon goût, je ne me suis pas du tout attachée à lui. Même si son histoire n'est pas le sujet central, j'aurais apprécié un livre plus épais (il est en effet très court) avec plus de détails concernant EPJ-327, ou encore les autres personnages secondaires auxquels je n'ai pas eu le temps de m'attacher avant qu'ils ne s'effacent de l'histoire d'une manière ou d'une autre. Ce serait le seul reproche à émettre de mon côté : le récit ne se résume qu'à cette dénonciation, sans étoffer davantage la fiction. C'est dommage.

Enfin, un petit mot concernant le style d'Amélie Nothomb que j'ai découvert à travers ce livre : son écriture est très concise, mais suffisante. Le livre est extrêmement court, mais le message essentiel est passé.

En conclusion, je vous conseille vivement à tous de découvrir ce roman de la célèbre Amélie Nothomb qui est selon moi le seul de l'auteure qui se détache des autres. Il vaut la peine et, étant donné sa longueur, vous ne devriez pas regretter si vous faites partie de ceux qui n'aiment pas (oui, il y en a aussi ^^).

Septembre 2008

Posté par Mandy_Meadows à 22:05 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Acide sulfurique - Amélie Nothomb

    C'est n'est pas mon préféré d'Amélie Nothomb mais j'avais bien aimé

    Posté par Adalana, 07 juillet 2011 à 05:06 | | Répondre
  • Merci pour ton message, Adalana
    Ah, quel est ton préféré ? Peut-être le tenterai-je, vu que j'aimais bien celui-ci
    A bientôt =)

    Posté par Mandy, 07 juillet 2011 à 12:59 | | Répondre
  • Je n'ai encore lu aucun Amélie Nothomb mais celui-ci me tente bien pour commencer ! Et la couverture est vraiment superbe !

    Posté par Luthien, 07 juillet 2011 à 14:49 | | Répondre
  • Oui, la couverture est sublime et le livre est vraiment sympa aussi ! Je pense peut-être lire davantage d'Amélie Nothomb aussi, même si j'ai entendu qu'à part celui-ci, ses autres romans étaient un peu boff. Mais bon, elle est quand même une écrivaine qui suscite à chaque fois des débats contradictoires, donc je préfère me faire un avis
    Tu peux essayer : au pire, ça se lit très très vite, donc ce ne sera pas une grande perte de temps
    Bonne lecture et merci pour ton message !

    Posté par Mandy, 07 juillet 2011 à 16:20 | | Répondre
  • Je pense que mon préféré est "Métaphysique des tubes" mais globalement j'aime à peu près tout ce qu'elle a écrit (à part 2 ou 3 parus ces dernières années).

    Posté par Adalana, 08 juillet 2011 à 03:09 | | Répondre
  • Merci beaucoup J'irai voir ça un de ces jours Mais je ne crois pas le lire ces vacances ^^ (Ma PAL déborde déjà assez :s)

    Posté par Mandy, 08 juillet 2011 à 04:09 | | Répondre
  • J'ai doré ce livre alors que je déteste l'auteur et le reste de ces écrits. J'ai lu 3 livres d'elle avant celui-ci et vu une adaptation ciné. J'ai eu le courage d'en lire un autre et ce fut le meilleur et même il est devenue un incontournable chez moi. Je l'ai apprécié pour les même raison, une dénonciation qui fait peur car on en vient à ça chaque jours qui passe dans la réalité. La comparaison avec la déportation est également très intéressante. Bref un petit chef d’œuvre. Mais, à mon goût, le seul pour cette femme.

    Posté par Grizelda, 23 mai 2012 à 07:54 | | Répondre
Nouveau commentaire